Présentation

    : Cahors CycloTourisme Cahors CycloTourisme
    : Site officiel de Cahors CycloTourisme. Vie du Club, Randonnées, Voyages

Les Brèves

  • Notre activité en club est à nouveau autorisée mais en respectant les consignes sanitaires ; pas de regroupements à plus de 6 personnes, sans limitation de kilométrage et de durée. Toutefois instauration d'un couvre-feu de 20h00 à 06h00.
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 08:22

Une journée avec les Cyclos Randonneurs Lotois
(Randonnée de Villefranche-de-Rouergue du 27 avril 2008)
Récit de Guy Faure, Photo de Michel Ponchet

Je ne sais si l’annonce d’une superbe journée ensoleillée y est pour quelque chose, mais l’envie de profiter de la nature au plus près nous a encouragés à rejoindre les CRF à Villefranche-de-Rouergue pour la randonnée annuelle des cyclos de la ville.
Après une petite collation matinale, départ aux alentours de 8 heures avec nos amis Ponchet de Gramat, Lille de Linac (et non l’inverse), Larinier de Bagnac-sur-Célé pour un périple de près de 120 kilomètres qui nous conduira sur des routes bien connues. Malgré l’allure très modérée, les premières chaleurs invitent à « l’effeuillage ». Donc, premiers arrêts du côté de Laramière pour enlever une première couche, rapidement suivi d’un autre pour ces « dames » qui sentent le besoin de se soulager un peu. Déjà en approchant de Beauregard, les premiers ramasseurs de « responchons » sont présents, le nez plongé dans les fossés à la recherche de cette asperge sauvage que les gens du coin apprécient tant (la curiosité aidant, Rolande s’est mise en tête de goûter enfin ce légume inconnu. Ce que nous ferons au retour, à l’aide d’une recette tarnaise soi-disant exceptionnelle. Malheureusement, nous n’apprécierons pas du tout, pas plus que les poules du voisin qui n’en voudront pas). Ceci évidemment pour l’anecdote.
Notre « rando » se poursuivant, nous faisons une halte à Beauregard ou nos amis s’émerveilleront devant la beauté de la halle et des pignons de lauzes portés allègrement par quelques habitations. Lentement, nous cheminons vers Varaire, Bach puis Escamps (villages « mitraillés » par notre photographe Michel), puis nouvel arrêt prêt du superbe
photo: Michel Ponchet lavoir de Cremps (ou cette photo viendra immortaliser notre passage).
Ce sera aussi l’occasion de quelques grivoiseries sur ce que pouvait être le travail des lavandières de l’époque et de leurs compagnons (sans doute chargés du transport du linge sur d’antiques brouettes).
A Laburgade, nouvel arrêt devant l’impressionnante rangée de puits tous alimentés par une résurgence indépendante. A quelques encablures, se profile Aujols et son immense bassin lavoir. Un copieux casse-croûte nous attend. Il est 11 h 30 et nous avons accompli à peine 47 kilomètres. Pour autant, pas de panique, nous prenons le temps de faire honneur à nos hôtes, nos fesses bien calées sur les rudes pierres des lavoirs.
Levée du camp, à midi ! courte descente vers la D 811 et longue montée des Vitarelles ponctuées de nombreux arrêts, pour photographier une splendide « noria », puis un joli bassin peuplé de jolis canards. Saint-Cirq-Lapopie nous retient quelque peu, mais c’est surtout les bords du Lot (écluses, canal, maison d’éclusier) qui enthousiasme nos amis. Les efforts du matin ayant marqué les corps, d’aucun, sans doute rattrapés par la chaleur ambiante émettent le vœu de faire une halte « mousse ». L’occasion se présentera à Cénevières ou nous allons de plus nous restaurer avec les provisions abondantes sorties de nos sacs. Deux d’entre nous ont même convoyé chacun une bonne bouteille de liquide issu de la vigne. Inutile de dire que ne resteront que les « cadavres » de verre à la fin de l’arrêt ! 14 heures, le cafetier nous presse car il attend les premiers joueurs d’un concours de boules. Nos sacs allégés, nous mettons le cap sur Calvignac. Je dissuade mes amis de grimper là-haut comme ils en avaient l’intention ! Il est vrai que jusqu’à Cajarc, nous n’allons cesser de faire des grimpettes (qui font mal aux mollets de nos compagnes). Un peu de marche à pied et le pont de Cajarc est traversé sans effort. Un peu plus loin le « Saut de la Mounine » puis le vent de face jusqu’à Villefranche vont avoir raison de nos dernières forces.
C’est avec soulagement mais le cœur empli de bonne humeur que nous arrivons vers 17 heures dans la sous-préfecture de l’Aveyron. Moyenne générale 14 km/h, mais une journée pas comme les autres, remplie de bons souvenirs, dans la convivialité et l’amitié.

commentaires

Joseph GUÉGAN 20/05/2008 08:16

Encore une autre façon de faire du vélo.Jacques SIRAT, Cyclo-Nomade, continue son périple à la rencontre des populations qui vivent sur les rives des  fleuves de la planète.Il nous envoie son bonjour de la Guinée:  Bonjour Joseph,Je vous remercie d'avoir répondu à mon message. Je profite d'un peu d'électricité sur Conakry pour mettre à jour mes mails.Dans quelques jours je vais atteindre la source du Niger puis le longer par le Mali, Niger et Nigéria...Ensuite on verra dans quelle direction vont me mener mes roues.A mon retour, pas de problèmes pour une conférence sur Cahors où j'espère nous pourrons nous rencontrer.Le bonjour aux cyclos du clubamicalementJacquesJacques SiratSuivez mon voyage cyclonomade sur le site: www.jacques-sirat.com jacquessirat@yahoo.fr

Daniel Arnaudet 03/05/2008 11:24

Voilà l'esprit du cyclotourisme, n'est-ce pas Guy ?La bande joyeuse des CRF sait associée les deux termes cyclos et tourisme. Leurs randonnées sont toujours très conviviales.Bravo à vous et continez ainsi le plus lontemps possible.Je sais que Michel a encore de nombreuses communes du Lot à visiter. Avec l'esprit qui les anime il saura conduire son projet à terme.