Balade Corrézienne

Publié le par Cahors CycloTourisme

Acte I : La montée vers le Plateau de Millevaches (Brive-Bugeat -158 kms- D 2300m)

 

Vendredi, déjà l’effervescence pour le chargement des vélos dans le minibus de l’office des sports ! Rentreront-ils tous, faut-il la remorque du club ou bien seulement un porte-vélo sur l’attelage ! Après une heure de « palabres » et d’effort, les six machines sont enfin embarquées. Nous verrons demain aux aurores pour nos bagages ! Après une nuit réparatrice, quoique un peu courte, nous nous retrouvons tous rond point de Regourd. Encore faut-il réveiller Fabienne qui poursuit sa nuit sur la banquette arrière ! Chose faite, il faut « enfourner » nos bagages et choisir nos places (ce sera les plus gros devant, quoique le chauffeur…et les plus affutés à l’arrière).

Il ne faudra pas plus d’une heure pour rejoindre Brive et la permanence sise dans les locaux du fronton municipal (on aime les jeux de mains ici). Retrait des dossiers, prise d’une collation, marquage des bagages, préparation des vélos…et enfin départ pour la première étape bons derniers…challenge (en rêve), rattraper les 200 « cyclos » partis devant nous…

Quelques kilomètres de plat, puis c’est une très longue montée vers Saint-Germain-les-Vergnes à travers un décor boisé où la lumière a bien du mal à pénétrer (gros avantage car les premières gouttes de pluie ont du mal à passer à travers le feuillage). Déjà, largués Roland et moi-même faisons cause commune et roulons de concert. Le fléchage est « bougrement » bien fait. Impossible de se tromper. Nos quatre larrons (Fabienne, Yvan, Francis et Georges) qui nous précèdent vont nous faire mentir ! Le nez dans le guidon, ils nous envoient dans une mauvaise direction ! Retour en arrière, consultation des cartes, puis retour en avant et enfin prise d’un chemin détourné qui nous fera rejoindre le circuit à Lagraulière. 

Pour se remémorer les galères de l’ancienne N20 (avant les aménagements d’aujourd’hui), nous allons faire une descente vertigineuse vers Uzerche, où le Camping de la Minoterie nous accueille pour un copieux ravitaillement. Il fait froid, une légère pluie nous accompagne, cette collation est la bienvenue. 

Uzerche

Avant de s’extraire de ce lieu, nous aurons l’occasion d’admirer les magnifiques bâtisses de cette ville vraiment superbe (mais peu adaptée à la pratique cycliste…pas de « vélolib » aux détours des rues).

Nous parcourons ensuite un long plateau très vallonné pour atteindre ensuite Treignac-su Vézère, village traversé rapidement (nous y reviendrons en septembre) pour ensuite escalader les 400 mètres de dénivelé qui nous conduiront près du col de Lestards (849m). Cette grimpette s’avèrera bien difficile (pour Roland et moi-même), mais la vue de l’église de Lestards (seul monument de France de ce type disposant d’un toit de chaume) indique la fin de nos souffrances. Les quelques kilomètres nous séparant de Bugeat ne seront qu’une formalité.

Nous sommes accueillis dans un superbe centre sportif, situé à 700 mètres d’altitude, dédié aux athlètes de toutes disciplines pour affiner leur préparation. En ce lieu nous retrouverons Daniel, parti de Brive avant nous.

Bugeat Centre Mille sources

DSCN1801

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous y retrouverons également l’ensemble des participants avec lesquels nous prendrons un succulent repas. L’après-midi, deux circuits s’offrent à nous : 67 kilomètres à travers le plateau de Millevaches, par le village du même nom, puis Saint-Sétiers, le Col de la croix de la Mission (915m), Peyrelevade, Tarnac et enfin retour à Bugeat. 

Genêts Plateau de MillevachesVarièras

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des paysages magnifiques s’offrent à nous dans ce plateau couvert de genêts en fleurs, parsemé de tourbières. J’oubliais l’incroyable village de Varièras, fait d’une trentaine de maisons contemporaines aux toits de chaumes, que l’on ne s’attend pas à trouver dans cet univers d’ardoises et de lauzes. 

Pour ma part, je choisirai l’option d’un circuit un peu plus court, mais tellement charmeur par la variété de ses paysages (cela m’évitera le point haut du circuit). Je retrouverai un peu de vigueur dans mes jambes dans les dix derniers kilomètres, pour me caler dans le sillage de deux « cyclotes » déchainées, qui me conduiront jusqu’à Bugeat, (dans un fauteuil ou presque) dans le cadre somptueux du Centre sportif des Mille Sources.

Après la douche réparatrice, une petite sieste, et une bonne « mousse » au bar, ce sera le vin d’honneur et un dîner à qui je donnerai l’appellation « de gala ». Nous ne tarderons pas à rejoindre nos chambres pour un repos bien mérité tant la journée a été difficile.

Guy Faure

 

Acte II : Prochainement

Publié dans Randonnées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lulu 01/07/2013 14:08


je me permet de conseiller un bon GPS aux cyclistes Cadurciens, "se perdre" devient une habitude ...pour certains, même à Salviac, ce dimanche !! ils ont failli
louper le casse-croûte !