Entre Causses et Ségala - Leyme

Publié le par Cahors CycloTourisme

Lucienne G., licenciée au club de Luzech (et belle-soeur de l'un des nôtres) nous a fait parvenir ce texte sur la randonnée de Leyme. Si vous ne connaissez pas les villages traversés, vous en apprendrez beaucoup en lisant son "écrit". En plus d'être très documenté, c'est un texte plein de "malice". Un grand merci à elle pour ce 'pensum", accompagné d'un "épais" album de photos.

Guy F.

Cahors Cyclotourisme

 

Ces derniers jours, c’était encore l’été indien ! Puis l’été s’est retiré lentement et ce week-end, l’automne est arrivé immanquablement...Dans la nuit de samedi à dimanche, un violent orage accompagné d’une pluie diluvienne s'est abattu sur le Lot .

Aussi, dimanche matin, certains "cyclos" très indécis ont préféré garder le lit et bouder le vélo !. D’autres, plus téméraires, malgré les premières brumes matinales, se sont "échappés" de la couette pour s’aventurer sur les hauteurs de Leyme, en plein Ségala Lotois.

A notre arrivée, quelques rouleurs s’inscrivent déjà ! Plusieurs circuits sont proposés pour le matin : 83 km, 59km, 46km; pour l’après-midi : 30km et 15km.

Les luzéchois iront sur le parcours B : 59 kms, pour être dans les temps au repas de midi à Gorses.

Pendant que certains s’interrogent sur la météo du jour, et en font tout un cérémonial, mon optimisme matinal me propulse vers le p’tit café chaud ! C’est sous un ciel menaçant que les 42 participants, effectueront les différents parcours. Finalement, il n’y aura pas de pluie …

Les musclés, « les déjantés des coteaux », les batteries bien rechargées, foncent vers les lieux enchanteurs … Sereins et confiants, nous quittons Leyme et nous nous élançons, vers les senteurs et couleurs automnales de ce pays "ségali" (le mot signifie seigle) en prenant, la direction de Lacapelle-Marival.

Dès le départ, une montée nous rappelle que nous allons nous élever et resterons un bout de temps entre 600 et 650 mètres. En plein effort, des cris nous réveillent, ce sont nos amis Cadurciens, qui sont venu en vélo du village voisin pour nous rejoindre…cela nous met le cœur à l’ouvrage !

La magie du Ségala, c’est aussi celle des grands espaces de pâturages avec de splendides fermes, avec leurs troupeaux de races variées, mais où la belle Salers avec ses cornes en forme de lyre, nous espionne au passage.

Après St-Maurice en Quercy, petit village à 433m d’altitude, et La Vitarelle, nous arrivons sur les premiers contreforts du Massif Central.

102 la Salers !123

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les forets de hêtres et de châtaigniers bordent la route à perte de vue, les monts du Cantal au loin, on imagine le paradis, la planète « du petit prince » de St-Exupéry, on est séduits… « Le paradis n’est pas sur terre, mais il y en a des morceaux »

Au fur et à mesure de notre avancée, on rêve du casse-croute ! Il sera à St-Cirgues, petit village de 400 habitants, dans le Haut Ségala et proche du Cantal.

Là, se trouve une des curiosités des environs, le tilleul de Paramelle, un arbre remarquable de plus de 400 ans …On l’appelle ici le tilleul de Sully en l’honneur du ministre Sully.

L'une des personnalité liée à ce lieu, est St-Géraud, comte d’Aurillac, fondateur de l’Abbaye d’Aurillac et seigneur de St-Cirgues, vivant dans un château détruit lors des guerres de religion (à son emplacement a été élevée en 1855 l’église actuelle).

Après toutes ces grimpettes, l'horloge du clocher du village nous annonce que notre rendez-vous "plaisir des papilles" est proche … Face à la salle des fêtes, à l’aspect futuriste, les cyclos "pétillent de malice" et se dirigent avec plaisir, vers le casse-croute …c’est un moment convivial, de retrouvailles entre clubs.

Il faut enfourcher à nouveau nos montures, traverser Lauresses, puis grimper à St-Hilaire; ce dernier village se mérite…situé à 520 m (90 habitants), il appartient à l’arrondissement de Figeac et au canton de Latronquière.

De loin, le clocher de l’église nous nargue ! Enfin, un dernier effort nous conduit devant le beau château du XVIème siècle des Bessonies.

Le village, situé dans le Haut Quercy voisin du Cantal compte une centaine d'habitants et se situe à 480 m d’altitude.

114 Chateau ou Marechal NEY a ete prisonnier !

135

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le château a été le refuge, et le lieu d’arrestation du Maréchal Ney en 1815, avant son éxécution à Paris. Longtemps délaissé, il a été acheté en 2000, et remis en état; on y trouve des chambres d’hôtes dites "secrètes" et il peut aussi se visiter.

Son propriétaire, tout juste rentré, nous montre sa cueillette de cépes et de girolles, nous faisant "palir d'envies". Mais, il faut bien repartir!. Nous prenons la direction de Latronquière, et après une photo souvenir du groupe, nous mettons le cap sur Gorses (lieu du repas paëlla). Auparavant, nous allons faire un détour par le vaste Lac du Tolerme (le plus grand du département) niché au fond d'un "creux" ! La sortie est ponctuée d'une montée "terrible".

Un apéro s’impose après tous ces efforts!. Le repas terminé dans la joie et la convivialité, les derniers kilomètres vont étre durs …

Les plus courageux clôtureront par le col du Pendit, les autres préfèrerons la recherche de celui qui fait partie de notre patrimoine, qui apparaît dans les sous-bois, qui se taille une bonne réputation, celui que l’on trouve sur les marchés entre les étals de courgettes et de fraises : le cèpe !

136

168

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce silence minéral, le bruit de l’eau qui court sur les cailloux attire l'attention; voila le moulin de Terrou, et son ruisseau ! L’église du village, en surplomb sur un rocher, nous offre son architecture élancée. Ce petit village a été envahi et pillé en mai et juin 1944 par la division Das Reich.

Le village a été distingué en septembre 1944, avec la médaille de la résistance. A l’ouest du bourg, le château de St-Thamar est une curiosité.

Nous retrouvons Leyme, dont le nom désignait un ermitage; une abbaye cistercienne y fut fondée par l’évêque de Cahors. Pierre Bonhomme, prétre fondateur de la congrégation des sœurs de Notre Dame du calvaire, a été une personnalité du village; il est venu en aide aux sourds–muets et aux malades mentaux. Aujourd'hui, les batiments abritent l'hôpital psychiatrique du département.

Nous nous dirigeons vers la salle des fêtes , ou le pot de l’amitié nous est servi; huit clubs ont participé à cette "rando", tous du Lot et notre club a été le plus représenté ! Les récompenses, termineront cette journée.

We love the Looooot…

Lulu G. 23

Photos texte et album : Lulu G

Publié dans Randonnées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article