Notre Fédération - 18

Publié le par Cahors CycloTourisme

Extrait du memento "Unité Histoire - FFCT 2007" publié avec l'aimable autorisation de la FFCT
 

Conclusion
Voici donc terminée la chronologie des événements qui constituent notre modeste histoire. Quelques personnages se sont trouvés en pleine lumière, au cours de notre cheminement; souvent, ils ne l'avaient pas souhaité, ils étaient là: ils se sont dévoués. Cette évocation est succincte, mais il ne faut pas oublier tous ceux qui ont œuvré dans l'ombre, modestement mais efficacement, à tous les niveaux : dans les conseils ou comités. les commissions fédérales, les ligues, les comités départementaux, les clubs... Ce sont ceux-là qui ont fait notre Fédération jour après jour. Ce sont eux aussi qui ont répondu présent quand il a fallu défendre le cyclotourisme d'une intégration forcée ou le sauver de la faillite, qui sont restés fidèles quand la mode du vélo est passée. Ce sont les mêmes qui ont préservé nos valeurs, les ont enseignées à de plus jeunes, ont donné l'exemple. D'autres sont venus faire un petit tour chez nous, en papillons ou en clients, et ne sont pas restés. Et il faut bien reconnaître qu'ils furent nombreux: dans les années 80, un tiers de l'effectif ne renouvelait pas sa licence. Ne leur jetons pas la pierre : il faut essayer et si ça ne convient pas, il est logique d'aller voir ailleurs.
Revenons à ceux qui restent. Le cyclotourisme fut longtemps perçu comme une grande famille, une sorte de fratrie, de compagnonnage où l'entraide et l'amitié n'étaient pas un vain mot, surtout dans les moments difficiles. Cet esprit a permis, durant quatre-vingts ans, malgré bien des vicissitudes, de toujours garder espoir et foi en l'avenir du cyclotourisme. Pour un certain nombre d'entre-nous, le cyclotourisme n'est pas seulement un loisir agréable, c'est une façon particulière de comprendre la vie. La conviction de tels individus donne à notre mouvement cyclotouriste une grande force dans les moments difficiles, on en a eu l'exemple. Pour une fédération, posséder de tels adhérents est une richesse. il ne faut pas la galvauder.
Le caractère forcément succinct de cette chronologie n'a pas permis d'entrer dans le détail. La lecture des procès-verbaux de réunion et des courriers d'archives donne une image plus humaine et plus terre à terre des préoccupations, du travail de fourmi, des hésitations et des décisions.
  On y trouve en permanence, souvent en filigranes, parfois énoncées avec force, les idées et valeurs du cyclotourisme : le souci de l'indépendance sur tous les plans, le bénévolat, et puis l'amitié, la tolérance, l'entraide, ce sentiment d'appartenance à une grande famille dont j'ai parlé, le goût de la nature et de la découverte, le respect du passé aussi bien que l'intérêt pour le progrès, le souci d'amener des jeunes au cyclotourisme. On est étonné de voir la concordance des engagements, des inquiétudes et des espoirs des dirigeants d'hier et d'aujourd'hui. Fréquemment renouvelés par le simple fait du bénévolat et de la démocratie, ils n'ont pas toujours eu l'expérience nécessaire à la conduite d'une fédération, ni la vision générale englobant le passé, le présent et l'avenir du cyclotourisme dans une même continuité. Ce n'est pas un hasard si ceux auxquels nous devons le plus avaient réfléchi sur ce qui s'était passé avant eux, quelles actions avaient été conduites, dans quel esprit, et quel en fut l'aboutissement. N'en fut-il pas de même des grands chefs d'État ? Enfin, il est important que les futurs dirigeants de la FFCT sachent qu'ils recueillent un patrimoine moral et concret qu'ils ont mission de préserver et d'enrichir pour le transmettre à leur tour aux générations qui suivront, ainsi que se sont efforcés de le faire ceux qui les ont précédés depuis 1923. De cette continuité, ils en ont la responsabilité. Ceux, bien rares, qui ont essayé de nous entraîner en d'autres voies n'ont pas été suivis, et ont dû quitter des responsabilités où les avaient conduits des motivations étrangères à notre éthique.
À l'assemblée générale de Poitiers, au seuil du 21e siècle, "placée sous le signe de la modernité par le choix du lieu : le Futuroscope", le président de la ligue Poitou-Charentes invitante, Jean-Yves Mounier, dit en préambule : " Il est important qu'un grand mouvement comme le nôtre reste en phase avec le monde dans lequel il cherche à se développer". Mais il n'oublia pas de rappeler "que nous avons une histoire commune, des valeurs communes. un patrimoine commun, et il ne saurait être question d'avenir si nous faisons fi de notre identité et de notre culture".

Publié dans FFCT Ligue Codep

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

millot jean claude 28/07/2010 18:07



Bonjour à vous tous,


Je me permets de vous rappeler que notre copain Christian CAZE est toujours en traitement et qu'il serait bien de lui passer un coup de fil pour lui faire voir que nous ne l'oubliions pas en
attendant son retour parmi nous.


J'en profite pour saluer l'excellente initiative du bureau d'avoir mis en page l'histoire de notre fédération. J'espère que tout le monde l'aura lue pour que chacun en tire des
enseignements positifs pour l'avenir.


Salutations


mjc