Notre 100ème col de plus de 2000m

Publié le par Cahors CycloTourisme

Le diaporama complet est sur mon site " Souvenirs " rubrique "Paysages de l'étranger"   appareil photo
Pour satisfaire à la règle du jeu du club des Cent Cols, il faut avoir franchi au moins cent cols différents, dont cinq cols de 2000m ou plus pour chaque centaine de cols.
Sur le "tableau d'honneur 2009" qui donne le classement des membres de la confrérie, nous avons (Marie-Noëlle et moi) le même nombre de cols: 1159 dont 72 cols à plus de 2000m. Par jeu et pour le plaisir de pédaler en montagne, nous espérons atteindre un jour les 2000 cols. Pour mettre toutes les chances de notre côté, nous avons préféré compter, dès à présent, au moins 100 cols de plus de 2000m d'altitude.

Dès le début de l'année nous avions programmé d'y consacrer un mois de vacances avec comme "terrain de chasse" les Alpes suisses et les Dolomites.
Il y a quelques années, à l'époque où nous faisions régulièrement des grandes distances, nous pensions nous lancer sur la randonnée alpine Thonon-Trieste avec ses 1200 km et ses 44 cols. Puis le temps a passé et ce projet aussi.
L'itinéraire de cette randonnée nous a guidé pour élaborer notre programme de vacances sportives.
C'est ainsi que nous avons choisi les "camps de base" du camping-car pour ensuite rayonner à vélo dans le massif alpin.
Gletsch et les lacets du Grimselpass Gletsch et les lacets du Grimselpass (2165m) Arrivés en Suisse, nous sommes impatients d'enfourcher nos vélos. Le 1er jour, jeudi 4 septembre, nous cueillerons 4 cols (72 km - 2540m de dénivelée). Grimselpass (2165m), situé près de Gletsch d'où on aperçoit le Rhonegletscher (le glacier où le Rhône prend sa source), sera le premier col de la liste.

Nous irons chercher ensuite le Nufenenpass (2478m) par son versant ouest. Nous l'avons trouvé difficile, surtout dans ses derniers kilomètres avec des passages supérieurs à 10%. Nous n'avons surtout pas pris le temps nécessaire pour nous acclimater à cette altitude.
Au col, un plan topographique du secteur attire mon attention. Il y a peut-être un col muletier à proximité?
Ce n'est pas un mais deux que je repère, le Griespass et le Cornopass. Rapide concertation avec Marie-Noëlle et décision un peu trop rapide d'aller les chercher.
En réalité il a fallu faire 4 à 5 km en aller-retour par des sentiers souvent très étroits. Passage délicat au-dessus du lac, si tu dévisses c'est le fond du lac!! Nous regardons juste le sentier et dire qu'il faudra revenir par le même sentier!
J'attends la fin du passage délicat pour prendre la photo. Ouf! il n'y a plus qu'à se laisser descendre pendant 14 km sur Ulrichen avant de remonter à Gletsch
Nous devrons mettre l'éclairage avant d'arriver à notre camping-car. Belle, mais rude journée, nous avons été trop gourmands pour ce 1er jour.
retour du Griespass et du Cornopass Retour des cols muletiers de Griespass et du Cornopass
Le lendemain nous nous contenterons de monter au Furkapass, 11 km de montée pour 740m de dénivelée. Cool!

Surprise le samedi matin, au col de l'Oberalp, notre camping-car est couvert de quelques centimètres de neige. .
Le ciel est bien dégagé. Nous décidons de monter au Sustenpass par son versant Est à partir de Wassen.
Un régal, 18km de montée régulière autour de 8%. Ce sera un des plus beaux cols de nos vacances.
Il faut dire que les atouts étaient de notre côté. Un temps superbe, un paysage magnifique: alpages et sommets fraîchement enneigés. Cerise sur le gâteau, nous avons fait l'ascension et la descente dans le silence. Ni voitures, ni motos, la police militaire avait bloqué la route pour remonter un camion tombé en contre-bas.
A l'extrémité du tunnel qui marque le col, un nombre impressionnant de voitures et de motos attendaient l'ouverture de la route. Mais mauvaise surprise pour nous, lorsque nous avons voulu redescendre, l'agent chargé de la signalisation, plus zélé que les militaires, n'a pas voulu nous laisser repasser le tunnel.
Plutôt que d'attendre et de descendre dans le flot de la circulation, nous avons contourné le tunnel par un chemin muletier et nous avons pu redescendre tranquillement ce col. Nous sommes arrivés en bas en même temps que la ré-ouverture de la route.
montée du Sustenpass Montée du Sustenpass (2479m) le village de Mein-Dorflï
Sustenpass contournement du tunnel Contournement du Tunnel du Sustenpass
Dans l'après-midi nous remontons tranquillement à l'Oberalppass (2044m) sans oublier le Pass Tiarms (2148m), col muletier situé à environ 1km de l'Oberalp.

Je passe rapidement sur nos journées suivantes. Lundi, San Bernadino et Splügen. Mardi, rude journée entre la Suisse et l'Italie avec 4 cols en aller-retour soit 7 ascensions: Bernina, Livigno, Eira et Foscagno, 88km et 2470m de dénivelée. Mercredi, journée de repos avec juste l'Albulapass, 10 km de montée à partir de la vallée de l'Inn dans la région de Saint-Moritz.

Jeudi c'est la journée du Stelvio et de ses satellites.
A 8h30 nous partons du village suisse de Santa-Maria (1380m), les premières rampes sont raides, puis c'est un passage non goudronné sur un peu plus de 3 km cela ne facilite pas la montée. Heureusement que nous avions des pneus de 25. Après 13km, nous atteignons le 1er col, le Pass Umbrail (2501m). Le temps de poser mon vélo contre le panneau du col et de faire une photo vers le Stelvio, je vois arriver de l'autre côté un cyclo qui sans autre forme de politesse me tend son appareil photo pour que j'immortalise son passage auprès du panneau. Je m'apprête à appuyer sur le déclencheur lorsqu'il me fait comprendre par gestes que mon vélo n'est pas le bienvenu sur la photo.
J'ai failli céder à la tentation de lui rendre son appareil sans prendre la photo, mais il faisait beau et j'étais de bonne humeur. J'ai enlevé mon vélo et pris rapidement la photo, je ne me rappelle pas s'il m'a remercié.
Arrivé au Stelvio (2758m), je pense avoir été un peu plus courtois envers le photographe qui nous a fait la photo souvenir.
Le Stelvio Photo souvenir au Passo di Stelvio (2758m) lacets-du-Stelvio Les lacets du versant Est du Stelvio (2758m)
Le temps d'une photo des fameux lacets du versant Est et nous allons encore grimper jusqu'au col muletier de Platigliole (2908m) , situé vers les pistes de ski du Stelvio. Montée très raide sur un chemin caillouteux, avec des passages de l'ordre de 25%, il va de soi que l'on monte à pied.
Pour terminer, il ne nous reste plus qu'à aller chercher notre dernier col de la journée, le Bocca del Braulio (2268m) situé dans la descente du Stelvio en direction de Bormio. Demi-tour au col, remontée jusqu'au Pass Umbrail et nous redescendons sur Santa-Maria.
Une journée bien remplie avec 1820m de dénivelée pour seulement une vingtaine de kilomètres d'ascension.

Le lendemain nous nous contentons de monter l'Ofenpass (2149m) à partir de Santa-Maria puis nous changeons de secteur pour aller nous positionner à Vipiteno, commune du Tyrol italien située à quelques kilomètres de la frontière autrichienne.
Nous profitons du temps très maussade pour nous reposer. Pendant ces 4 jours nous nous sommes contentés de 3 cols: Passo Vizze, Passo Pennes (dur, dur!) et le Passo di Monte Giovo.
Au total cela nous fait 23 nouveaux cols, en rajoutant les 4 du mois de juin de la région de Tende nous arrivons à 99 cols de plus de 2000m d'altitude.
C'est décidé notre 100ème sera la Forcella Lavaredo (2450m) col muletier situé au pied des "Tre Cime di Lavaredo", les plus célèbres sommets des Dolomites.
Forcella-di-Lavaredo Photo souvenir à la Forcella di Lavaredo (2450m) Après une nouvelle journée de lecture en écoutant la pluie tomber sur le camping-car, le ciel du jeudi 17 septembre semble s'éclaircir.
Vers 8h00 du matin à Misurina nous attaquons la montée vers les Trois Cimes, le 1erkm nous met tout de suite dans le dur, avec un passage à 12% sur 500m, puis c'est une petite descente avant le péage, car il faut payer sauf pour les piétons et les cyclistes. Ensuite il reste 5 km de montée jusqu'au refuge d'Auronzo. Cela démarre tout doux, 500m à 3%, puis 500m à 8% après on ne descendra plus en dessous des 10% avec un km à 14% et des passages qui flirtent avec les 20%.
Heureusement il y a le paysage, malgré un ciel encore nuageux les roches très découpées des Dolomites nous donnent une bonne excuse pour des arrêts photos et faire un bout de chemin à pied.
Au refuge d'Auronzo, nous continuons sur un chemin muletier mais relativement plat jusqu'au refuge de Lavaredo, d'où nous apercevons le col mais les Trois Cimes sont encore dans les nuages.
Arrivés au col, changement de décor, les Trois Cimes apparaissent majestueuses, comme un monument posé sur un piédestal formé par des éboulis. C'est superbe.
Je mitraille de peur que les nuages ne reviennent les masquer.
Pour la photo souvenir de notre 100ème col de plus de 2000m, nous troquons nos maillots de Cahors pour les maillots du club des Cent cols.
Nous prenons tout notre temps pour pique-niquer tout en contemplant ce site merveilleux et presque à regret nous redescendons vers le refuge d'Auronzo pour aller cueillir sans effort les deux autres cols muletiers situés à proximité, la Forcella Col di Mezzo (2313m) et la Forcella Longeres (2288m).

Un arc-en-ciel sur les Dolomites met un terme à cette superbe journée.
depuis la Forcella-di-Lavaredo Le côté Est de la Forcella di Lavaredo
Misurina, arc-en-ciel sur les dolomites Misurina, arc-en-ciel sur les dolomites
Le surlendemain nous montons au Passo Giau (2233m) par son versant Ouest.
Les premiers kilomètres entre Caprile et Selva di Cadore sont faciles et nous servent d'échauffement. Nous en aurons bien besoin car les 10 derniers kilomètres sont pentus, 10% en moyenne. Notre effort sera récompensé, car nous irons cueillir sans peine la Forcella di Zonia (2230m), un muletier situé à environ 1km du Passo Giau.
Montée du passo Giau Montée du passo Giau (2233m) La Forcella di Zonia La Forcella di Zonia (2230m)
Dimanche, c'est repos et ballade à pied sur les hauteurs du Passo Pordoi.
Il nous reste encore 7 cols à plus de 2000m à faire pour achever notre programme.
Nous les répartirons sur les 3 jours suivant.
Lundi il fait très beau, nous décidons de programmer la "Sella Ronda", c'est à dire le tour du Groupe du Sella par les cols Campolongo, Gardena, Sella et Pordoi. 54kms pour 1840m de dénivelée.

Départ à 8h30 du Passo Pordoi (2239m), le soleil est au rendez-vous, mais il ne fait que 6°. C'est donc vêtu chaudement que nous descendons le col vers Arrabba où nous tournons à gauche pour monter le Passo Campolongo (1875m), le seul col inférieur à 2000m de ces vacances sportives.
Ensuite nous enchaînons descentes et montées pour franchir le Passo di Gardena (2121m) et le Passo di Sella (2244) sans oublier de faire un détour par son voisin muletier le Passo Sella (2213m). Au Passo Sella, nous sommes très proche du Sassolungo que j'ai à plusieurs reprises photographié depuis le Pordoi. Je ne résiste pas au plaisir de faire encore plusieurs photos.
Après une dernière descente nous montons sans difficulté au Pordoi par son versant Ouest
Encore une très belle journée dans un décor magnifique.
Passo Pordoi Départ au petit matin du Passo Pordoi(2239m)
Le Sassolungo depuis le passo Sella Le Sassolungo depuis le passo Sella (2213m)
Le mardi nous irons chercher à partir de La Vila, le Passo di Valparola (2196m) et son voisin le Passo Falzarego (2105m).
Barrage-de-Fedaia Le Barrage du passo Fedaia Même les plus belles choses ont une fin et il nous faut penser à rentrer sur Cahors.
Le mercredi matin, on décide de faire encore un petit dernier, avant de prendre la route. Ce sera le Passo Fedaia (2054m) que nous montons à partir de Canazei. C'est relativement facile car nous n'aurons que 620m de dénivelée pour une douzaine de km d'ascension.
Nous ne regrettons pas d'y être monté car arrivé au barrage la vue est splendide avec les reflets du glacier de la Marmolada et du Gran Vernel dans le lac.

Au total nous n'aurons fait que 700km de vélo, mais plus de 23000m de dénivelée pour 35 cols de plus de 2000m.
Dommage que les Dolomites soient si loin, je crois sinon qu'on y retournerait souvent pour faire du vélo ou des ballades à pied.

Texte et Photos: Joseph GUÉGAN

Le diaporama complet est sur mon site " Souvenirs " rubrique "Paysages de l'étranger"   appareil photo

Publié dans Séjours et voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Guy Faure 13/10/2009 20:58



Que de magnifiques paysages ! Vraiment on touche le "graal" ! Probablement, beaucoup d'efforts, mais sûrement une sensation de bien-être unique ! Bravo à tous deux.
Amitiés,
Guy



Roland Mangin 13/10/2009 11:51


Bonjour Marie Noëlle, bonjour Joseph et merci de nous avoir fait profiter de vos vacances pour rêver un peu. Vous aurez peut-être donné des idées à quelque écrivain ou photographe du club.
Tout comme Mr Jourdain faisait de la prose, je découvre avec étonnement que j'ai passé et repassé ce col de Bocca del Braulio, sans même le savoir. Ce que je sais par contre, c'est que, plus bas,
vers Bormio, le paysage devient extraordinaire et vaut largement les efforts pour remonter vers les fameux lacets du Stelvio.
Vous lire à réveiller mes envies. Comme dit Michel Ponchet, quand on y a goûté, on y retourne. C'est donc ce que nous ferons encore cet été, Fabienne et moi, avec tous ceux qui voudront nous
accompagner.
Je songe également aux Dolomites, mais plus modestement que vous, en voyage organisé par la fédération. Un jour peut-être, Thonon-Trieste ou Vienne-Genève. Il n'est pas interdit de
rêver. 
Amitiés
Roland
 


Michel Ponchet 10/10/2009 19:27


Bonjour amis cyclos,

Amoureux moi-même de la montagne j'ai effectué un séjour dans les Dolomites en 2005. Aussi je ne me lasse de dire que lorsqu'on atteint un sommet nous n'avons plus envie de redescendre tellement
c'est beau. Et comme les choses de la vie nous forcent à redescendre, l'envie de remonter est encore plus forte la fois d'après. Ce doit être cela l'amour de montagne, même si'elle ne se laisse pas
toujours facilement gagner. En tous cas Merci pour ces instants de rêve pour nous et que de bons bons souvenirs pour vous. Amitiés. Michel Ponchet


André Cayrol 10/10/2009 18:57


la lecture de vos aventures me laisse bouche bée(eeee).... J'ai encore du mal à avaler ma salive après ce fantastique récit ! Bravo et merci de nous faire réver....


Andissac Gu 10/10/2009 17:44


Merci Joseph pour ce récit et ces photos qui nous font voyager sans peine, assis devant l'ordinateur. Photos superbes sur ton site personnel. Bravo à tous les deux pour votre pratique de vacances
sportives et votre enthousiasme apparemment intact. Les côtes du Lot doivent vous paraître bien courtes...


ARNAUDET Daniel 10/10/2009 10:13


Merci Joseph, merci Marie-Noëlle de nous faire partager votre plaisir. La précision dans le récit dévoile bien la passion qui vous anime. La montagne se mérite, certes, mais quelle joie de découvir
ses paysages. Les photos sont superbes .... comme toujours.
Je vous souhaite d'atteindre les 2000 cols. Et bravo encore.
Daniel.