De la pluie ? Quelle pluie ? ou quand le diable s’en mêle

Publié le par Cahors CycloTourisme

La qualité du fumier lotois n’est vraiment plus ce qu’il était. Il n’y a pas si longtemps que ça, il suffisait de marcher dedans pour être assuré de tout le bonheur du monde. Daniel qui ne fait jamais les choses à moitié, pour être absolument certain d’avoir la chance de notre côté à la flèche pascale, s’y est roulé avec complaisance.
Mais ce faisant, il a très probablement du débouler sur la queue d’un lutin malfaisant qui depuis nous a poursuivi de son courroux.
Quelque temps avant notre départ, sur les 4 cyclos composant l’équipe de fléchards, 3 (Fabienne, Daniel et Guy) ont eu une grave blessure à un doigt. Fabienne, encore elle, était également handicapée par un regain de sa dorsalgie chronique. Mais le moral était toujours là !
Constatant qu’il n’avait pas réussi à nous décourager de la sorte, le mauvais génie changea de tactique et décida de lancer sur nous pendant l’épreuve toute la fureur des éléments déchaînés. Et le combat commença.

Mais reprenons les choses par leur début ! Tout allait pour le mieux dans le petit monde cyclotouriste cadurcien. Les encouragements commençaient à pleuvoir (zut, je ne l’ai pas fait exprès) démontrant que l’esprit de corps des membres du club n’était pas mort.
Joseph nous mettait l’eau à la bouche en faisant savoir à tous que nous risquerions plus la crise de foie que la faim avec ce que nous avait préparé Marie-Noëlle. En arrivant sur les lieux du départ, à l’entrée du parking St Georges, une énorme surprise nous attendait : un comité de soutien magnifique et plein d’entrain ! Avec un tel concours, le diable du pont Valentré n’avait qu’à bien se tenir !

 
Et ce fut le coup de sifflet du départ.

Du vent ? Quel vent ? Vos encouragements nous aidaient à appuyer sur les pédales.
Le froid ? Quel froid ? Marie-Noëlle et Joseph étaient là, aux arrêts, avec leurs couvertures et leur assistance.
De la pluie ? Quelle pluie ? Fabienne décida, dès les premières gouttes, de prendre le diable par les cornes et la tête de notre petit groupe. Toute la nuit, elle pédala mais au petit matin le gnome se fâcha et lui cassa la tige de selle.
Sans monture, elle dut nous laisser partir mais nous avions la banderole de St Georges et le sifflet de St-Michel dans la tête et rien ne pouvait nous arriver.

Finalement, après 24 h de lutte, l’esprit malfaisant dut se rendre à notre esprit d’équipe. La solidarité et la convivialité étaient les plus forts. Et c’est pour nous exorciser à tout jamais du démon que nous prîmes le temps de faire une photo devant l’abbatiale de Souillac, manquant le rendez-vous avec Louis et ses amis à Bretenoux.

Nous tenons tous particulièrement à remercier tous ceux qui, connus ou inconnus, nous ont aidés sur la route par leurs encouragements ou leur aide.
 
Les membres du club bien sûr avec leurs commentaires que Joseph nous a scrupuleusement transmis, mais aussi les gendarmes de St-Justin, le patron de la pizzeria d’Aiguillon, la marchande de foie gras de Beynac et tout particulièrement la gérante de la médiathèque de Creysse qui retarda l’heure de son propre déjeuner pour nous permettre de nous restaurer au chaud.

Dés maintenant, nous prenons les inscriptions pour la prochaine flèche. Avis aux amateurs.

Roland


Photo: Joseph Guégan - Pour voir toutes les photos de la flèche pascale, cliquer sur
 

Diaporama

Publié dans Longue distance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Andissac Guy 14/04/2009 22:04

PHENOMENAL! Vous l'avez fait! Rentré aujourd'hui à Cahors après huit jours d'absence, je viens de lire vos récits et de regarder les photos. A voir le temps détestable que j'avais, je doutais que vous soyez partis. Bravo à tous les six, et aussi à tous ceux qui vous ont exprimé leur soutien.Guy

Daniel ARNAUDET 14/04/2009 19:06

Mais pourquoi donc aller au diable vauvert pour rejoinde Bretenoux. Car le diable en personne ne cessa de passer au-dessus de nous avec son crible ruisselant de gouttelettes.Merci Roland pour ton récit tout frais et humide.Daniel