Escapade à travers les Causses Aveyronnais

Publié le par Cahors CycloTourisme

Cyclotourisme en pays Millavois

7/8/9 Juin 2014

Nous étions quelques cadurciens à participer à ce long week-end familial réalisé sous un soleil resplendissant à travers les 4 Causses aveyronnais. De plateaux en vallées profondes, dans les Gorges du Tarn, de la Dourbie, de la Jonte, sur les causses de Sauveterre, Méjean, Noir, du Larzac, ce fut un grand bonheur de "cycler" (ou bien sous forme de randonnée ou d'excursion pour les éclopés et les accompagnateurs) dans de sublimes paysages. Accompagnés des fidèles girondins (Hughes et Lulu, Eric et Corinne) et de Nado, la beaumointoise, nous garderons un grand souvenir de ces trois jours exceptionnels. Comme à son habitude, Lulu nous livre son vécu.

Guy F 

Cahors Cyclorourisme

DSC03644 MILLAU Le groupe...


Les clubs de Luzech et de Cahors représentent le Lot pour cette concentration nationale de pentecôte. Dès le vendredi 6 Juin, comme la plupart des 500 cyclotouristes, nous retirons nos dossiers, à la salle des fêtes, dans le parc de la Victoire à Millau, avant de rejoindre nos lieux d’hébergements.

Samedi matin à 8h, nous nous retrouverons près de la permanence pour notre première journée (Guy, handicapé par sa clavicule fracturée, va se transformer pour ce premier départ, en paparazzi…et se consacrer aux activités des accompagnants : visites diverses, excursions).

Viaduc  1 -PEYRELADE

                                Millau et son viaduc                                                         Peyrelade

C’est parti ! Pour le grand parcours : 130km. L’air est frais, mais nous sommes confiants car la météo annoncée prévoit un soleil de rêve, pour ce week-end !. Avant de quitter, la capitale de la peau et du gant, un peu de géographie : Millau, ville de la région Midi- Pyrénées, est situé dans le département de l’Aveyron. Le terroir de celle-ci, constitue, une partie du parc régional des Grands Causses. La principale activité agricole ancestrale est centrée sur l’élevage des brebis, dont le lait cru est utilisé pour la production du fromage de Roquefort, dont les secrets de fabrication sont jalousement gardés ! Il nous sera proposé sous forme de crème pour réveiller avec plaisir, nos papilles gustatives, lors des casse-croûtes ! Nous quittons Millau en longeant les eaux vives de la Dourbie. Cette belle rivière à truites, la plus belle de l’Aveyron dit-on, est appréciée des pêcheurs à la mouche. Après plusieurs lacets, nous arrivons au village castral de La Monna, où le château du Vicomte de Bonald nous salue au passage. Puis c’est la Roque Sainte-Marguerite, que nous traversons, village situé entre La Dourbie et le ravin du Riou sec. Malgré de gros efforts (ça grimpe), nous continuons avec bonheur notre route, embaumée du parfum des chèvrefeuilles. Nous découvrons le curieux village de Cantobre, perché sur un éperon rocheux, dominant de plus de 100 mètres, les rivières de la Dourbie et du Trévézel. Il offre une vue magnifique sur les deux vallées et est au confluent du Gard et de l’Hérault, proche des Cévennes et des causses du Larzac. L’arrêt

2 Le moulin de Corp  4 Roquefort

                             Le moulin de Corp                                                       Le symbole de la région

casse-croûte se fait au village de Nant. Une table colorée est dressée près des arcades de la halle au marché. Les groupes se mélangent et la communication se fait autour des confitures et du pain frais accompagné de crème de Roquefort. Après avoir calmé notre « petit creux », nous poursuivons la montée, rendue pénible par des rafales de vent défavorable, en direction de la cité templière de la Couvertoirade. Nous découvrons ce lieu historique avec ses murs séculaires et son atmosphère envoûtante, pour une pause photo mais, nous ne nous laisserons pas retenir par les ruelles de cette cité. A mi-parcours, nous voilà au village fortifié de la Cavalerie, ou certains ont retenu le repas (pour d’autres celui-ci sera « tiré du sac »). Nous reprenons la route en lacets (parmi les « lavognes ») qui nous conduit à Sainte-Eulalie de Cernon, au pied du Larzac, avec cette fois un vent plus favorable. Ce village clos de murailles fut la plus importante Commanderie du midi de la France. Dommage, le temps nous est compté ! Avec un rythme plus accéléré, sur cette portion de route descendante après Roquefort, nous

w 6229 Roquefort

                                                                         Berger de fer

atteindrons rapidement St Rome-de-Tarn. Ce village, qui a vécu de l’activité de ses tanneries, garde quelques vestiges de fortifications et son cachet médiéval. Nous grimpons encore quelques kilomètres et traversons des hameaux, tel que Comprégnac ou se trouve une maison de la Truffe (il n’y a pas que le Lot, pour en faire sa renommée…) et des petites vignes, cultivées en terrasses, où pousse un décor champêtre ! La rivière Tarn que nous longeons un bout de temps, nous offre ses couleurs, tantôt d’un vert émeraude, ou d’un bleu azur, suivant ses caprices… Avant le village insolite de Peyre, bâti sur le flanc d’un roc colossal, nous découvrons le viaduc de Millau, le plus haut du monde. Au fur et à mesure de notre avancée, on peut contempler ce pont autoroutier à haubans enjambant la vallée du Tarn. Au terme de 138 km, Millau est en vue ; nous accélérons, le pot de l’amitié et les discours nous attendent…Puis, un groupe folklorique nous divertit avec ses danses de la région (suivies du repas).

Après une nuit réparatrice, en ce dimanche matin, nous enfourchons à nouveau nos « bécanes » pour le grand parcours de 140 km et une journée de chaleur estivale annoncée. Nous empruntons une longue montée, vers les villages de Paulhe et Creysse. La route offre au passage, une vue sur d’innombrables cerisiers chargés de fruits rouges et les cépages nobles des Côtes de Millau !. A Rivière sur Tarn, (site historique), le château de Peyrelade domine l’entrée des Gorges du Tarn et les caves d’Entre deux monts, de cet étonnant village à vin, semi-troglodytes. Nous poursuivons et aboutissons après une rude montée sur une partie du Causse de Sauveterre, au Massegros (Lozère) qui possède la laiterie la plus grande au monde, en lait de brebis. Toujours en montée, nous arrivons au point Sublime : Son panorama domine de plus de 400 mètres le Tarn et ses célèbres gorges. Il est situé en Lozère, près du village de St Georges de Levejac. La rivière façonne le cirque de Baumes, dans ce site spectaculaire entre les « détroits ».

Le repas est prévu au hameau de St Georges de Levejac, où nous pourrons admirer de splendides maquettes faites en pierre du pays, par un habitant de ce lieu. La personne, nous décrit avec passion, le détail de son œuvre ! Il faut quitter cet instant magique, pour assurer la longue et grisante descente, qui nous conduit jusqu’au village médiéval de Sainte-Enimie, en plein cœur des gorges. Certains d’entre nous feront un "écart" de gourmandise …

par cette journée caniculaire.

3 Ste Enimie 8.06.14

                                                                       Saint-Enimie

Nous suivons la rivière, enviant les occupants des canoës évoluant dans ce cadre exceptionnel et sauvage, le défilé des grandes falaises… Après le village du Rozier, retrouvons les charmants sites du matin, l’arrivée se fait sentir ! Nous voilà à Millau, émerveillés par tous ces paysages. Nous terminerons la

soirée autour du délicieux repas gastronomique.

6 Dîner gastro  5 Four à pain de Vessac

                 Repas gastronique du dimanche soir                                               Le four à pain de Vessac

En ce lundi matin, les douleurs musculaires se font sentir, et certains opterons pour un circuit plus court de 55 km. Dès la sortie de Millau, les choses sérieuses commencent avec l’escalade (7 km à 7 ou 8 % de moyenne) vers le Causse Noir (ici fut jugée l’arrivée d’une étape « Du Tour De France…). « La Poncho d’Agast » nous offre une vue panoramique sur la ville de Millau et son viaduc. En bordure de route, la beauté et la diversité des essences d’arbres, soulage nos souffrances ! Après un virage, nous apercevons le Chaos rocheux de Montpellier-le-vieux. Ici, l’eau, le vent et le temps ont sculpté une cité fantastique dans la pierre grise du Causse Noir. Nous sommes quelques un, à faire la rallonge par le cadre bucolique du hameau de Vessac. Cette escapade imprévue nous permet de profiter des maisons à l’architecture caussenarde, aux toitures recouvertes de Lauzes calcaires, et aussi du célèbre four à pain du lieu. Charmés par ce hameau, il est difficile de reprendre la route !

Mais, le temps presse, nous ferons un retour direct sur Millau par une longue descente vers la Roque Sainte-Marguerite. A la permanence, une délicieuse paëlla nous attend.

De cette aventure parcourue avec de petits incidents pour certains (crevaisons multiples, bris de roue, rayon cassé), nous retiendrons de belles images ensoleillées et ventées… et de chaleureuses rencontres.

Texte et photos : lulu G.

Publié dans Séjours et voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Daniel Arnaudet 20/06/2014 14:29


Un bien agréable séjour à Millau qui peut donner des regrets. En tout cas il est toujours bien relaté par le texte et par l'image.