Essai d'un voyage itinérant en autonomie -14 &15 Avril 2012

Publié le par Cahors CycloTourisme

Groupe2Madame, inscrite sur le voyage des féminines, je n’allais pas « me morfondre » dans mon coin. Aussi, ai-je répondu à l’offre des « cyclos randonneurs flâneurs » qui de leur côté, avaient prévu de se rendre à l’opposé de ces dames. Mais quelle affaire ! Comment s’organiser pour être autonome pendant deux jours ! Comment adapter mon coursier ! Autant de questions que je me posais. Bien heureusement, Claude D. aussi du voyage, ayant une petite expérience de la chose, la solution est bien vite venu. Pour deux jours, on fera avec le minimum. Reste la météo incertaine qui oblige à prendre quelques précautions. L’utilisation de poches poubelles réglera le problème, et imperméabilisera mon chargement.

Le samedi matin, rendez-vous donc au Complexe de Cabessut, lieu de départ du voyage des féminines de Midi-Pyrénées. Les C.R.F. sont déjà là avec leurs superbes randonneuses lourdement chargées ! Mon fidèle « destrier » même alourdi fait pâle figure devant ses « bêtes » taillées pour la randonnée au long cours.

 

Le temps étant clément, sans pluie, mais assez froid, les

imperméables nous accompagneront néanmoins durantChemin3 ces deux jours. Un long cheminement nous amènera le long de la vallée du Lot par des voies peu fréquentées (notamment à partir de Touzac et pratiquement jusqu’à Penne d’Agenais). Pour moi, plus habitué à une allure  sportive, cette pratique est « insolite ». Toutefois, je dois reconnaître qu’il n’y a pas d’égal en matière de convivialité. Faire la route en toute tranquillité, prendre le temps de flâner et partager un repas tiré du sac accompagné d’un bon cru local, est un vrai bonheur.

Cela n’empêche pas que parfois « traîner » nos lourdes montures n’est pas de tout repos. Je connaissais bien les montées de Saint-Cirq-Lapopie, Domme, mais pas Penne d’Agenais. Ce fut pour tous un moment éprouvant tant les pourcentages sont sévères et la montée bien longue…et quand vous apprenez que votre gîte n’est pas dans le village, et qu’en définitive, il fallait rester au pied, cela vous met un coup au moral. Néanmoins, le site est magnifique, et il eut été dommage de ne pas lui rendre visite.

 

DétenteNotre hébergement était vraiment exceptionnel, et le civet de sanglier préparé par nos hôtes succulent (enfin, pour qui aime la « sauvagine »).

Une bonne nuit réparatrice, un ciel clément, permettront un retour serein vers Cahors, où nous rejoindrons nos épouses, elles aussi de retour de leur voyage itinérant.

En définitive, un tel voyage, même court, est vraiment délassant ; chacun va à son rythme, sans souci de performance, faisant "fi" de la moyenne, portant toujours attention à ses amis voyageurs, et où règnent avant tout l’amitié et la convivialité.

Merci à mes compagnons pour cette première expérience. Qui sait, l’âge venant, peut-être remettrais-je le « couvert »?. En tous cas, ce fut deux journées vraiment sympathiques.

Guy Faure

Photos : Michel Ponchet

Publié dans Séjours et voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

millot 29/04/2012 10:04


Bravo Guy d'avoir essayé le cyclotourisme, mais si tu prenais l'habitude de faire des randonnées avec ta petite femme qui pédale si bien, je suis certain que vous y trouverez tout les
deux, un plaisir encore plus fort que ce que tu as vécu pendant ces 2 jours.


Les randonnées permanentes sont idéales pour ce genre d'expéditions en cyclo amoureux !!! Et pourquoi pas  une randonnée le long du Danube.


mjc


 

Daniel Arnaudet 28/04/2012 19:49


Ce voyage itinérant, même un peu court, vous aura permis de partager de bons moments d'amitiés. A renouveler !


Daniel

Michel PONCHET 28/04/2012 19:29


Merci Guy de ce témoignage, qui atteste, si besoin était, que le mélange des genres est possible ! Un flâneur réalise une flêche, un sportif rélise un voyage itinérant en dilettante. Du
cyclotourisme en somme, de la bonne humeur et le plaisir de pédaler en groupe.